All posts by Aurelle Noutahi

Le préservatif féminin: Tout ce qu’il faut savoir

Le préservatif féminin est le pendant du préservatif masculin adapté à la morphologie de l’organe sexuel féminin. Il dispose du même  mécanisme que le préservatif masculin, il empêche le passage du spermatozoïde dans le vagin et donc la fécondation. De même, il protège contre les Infections Sexuellement Transmissibles(IST/VIH/SIDA.Ce dispositif est composé d’une fine gaine en polyuréthane ou en Nitrile (pour éviter les problèmes d’allergie du latex) munie d’un anneau souple à chaque extrémité.

Mode d’utilisation du préservatif féminin

  • Vérifier la date d’expiration du préservatif, car une fois la date d’utilisation dépassée il n’offre plus de protection. Vérifier également si la conservation est faite adéquatement à l’abri de la chaleur par exemples.
  • Veiller au moment de l’installation du préservatif de bien pincer l’anneau interne (le plus petit) qui se situe à l’extrémité fermée du préservatif puis l’insérer à l’intérieur du vagin jusqu’au col de l’utérus. L’anneau externe (le plus grand)  qui se situe à l’extrémité ouverte du préservatif couvre et protège la vulve.
  • La femme doit nécessairement se mettre en position gynécologique ou debout avec un pied surélever pour pouvoir bien insérer le préservatif au fond du vagin.
  • Maintenir bien l’anneau externe au début de la pénétration pour que le préservatif reste bien en place et que le pénis ne le pousse pas à l’intérieur du vagin.
  • À la fin du rapport sexuel au moment de retirer le préservatif faire un nœud, avant de le jeter, car comme le préservatif masculin, il ne s’utilise qu’une seule fois.
  • Il ne s’utilise pas en même temps que le préservatif masculin. Le frottement peut avoir pour conséquence de faire glisser le préservatif à l’extérieur du vagin.

Le préservatif féminin peut être mis plusieurs heures avant le rapport sexuel contrairement au préservatif masculin.

Efficacité

Théoriquement le préservatif  féminin ne présente qu’un taux d’échec de  5% lorsque son usage est fait; mais en pratique ce taux va jusqu’à 21%. Ceci est lié aux mauvais gestes lors de la pose. Il n’est efficace que lorsqu’on l’utilise pour tous les rapports sexuels et à tous les moments du cycle sans tenir compte des périodes dites « Sans risque »

Pour plus de sécurité ,c’est mieux d’adopter la double protection en couplant une autre méthode contraceptive  à l’usage du préservatif.

Avantages

  • Le préservatif féminin ne nécessite pas d’ordonnance.
  • En plus de son caractère contraceptif, il constitue, avec le préservatif masculin, la seule protection contre les IST (infections sexuellement transmissibles).
  • Il peut être utilisé seul ou en complément d’une autre méthode de contraception telles que la pilule, le DIU, l’implant… par contre, il ne faut pas l’utiliser en même temps qu’un préservatif masculin.
  • Il est très résistant.
  • N’interfère pas avec le système hormonal ou la durée du cycle
  • S’adapte très bien à l’anatomie du vagin
  • Plus mince que le préservatif masculin, il offre plus de sensibilité lors des rapports sexuels
  • Pas d’allergie au latex
  • Peut être utilisé en période d’allaitement
  • Contrairement au préservatif masculin, il ne nécessite pas que l’homme se retire juste après l’éjaculation.
  • Il peut être placé plusieurs heures avant le rapport.

Inconvénient

  • Certaines difficultés peuvent être liées à son insertion dans le vagin
  • Plus onéreux
  • Nécessaire de le tenir au moment de la pénétration
  • L’anneau extérieur peut être embarrassant pour certains préliminaire
  • Pas aussi disponible que le préservatif masculin

Indication du préservatif féminin

Toute personne ayant des rapports sexuels avec un ou plusieurs partenaires peut utiliser des préservatifs.

  • Les personnes allergiques au latex. Le préservatif féminin est fait en polyuréthane ou en nitrile synthétique, deux composants qui ne provoquent pas d’allergie.
  • Pour les couples ne désirant utiliser ni contraception hormonale ni DIU, c’est une méthode fiable à condition d’être utilisée lors de toute pénétration vaginale, quel que soit le moment du cycle.
  • Si vous n’avez pas de partenaire stable ou si vous ne savez pas si votre partenaire est porteur d’une IST, il faut utiliser des préservatifs à la fois pour vous protéger des IST (Infections sexuellement transmissibles) et pour éviter une grossesse non souhaitée.

 

L’article Le préservatif féminin: Tout ce qu’il faut savoir est apparu en premier sur Ilewa.

Powered by WPeMatico

Contraception : une méthode, une femme

La contraception est une avancée médicale qui permet aux femmes de décider du moment de leurs grossesses. Il suffit de faire le choix d’une méthode et de l’utiliser pour être sûre de ne pas tomber enceinte. Puis, lorsque le désir de grossesse se manifeste, il faut juste arrêter l’utilisation et accueillir sereinement celle-ci.

Dit ainsi cela a l’air très simple et c’est le cas ! C’est vraiment très simple. Mais, force est de constater que pour beaucoup de femmes utiliser la contraception relève d’un véritable casse-tête chinois. En cause la procédure qu’elle adopte. Ce sont celles-là que tu vois faire de la mauvaise publicité à la contraception. Elles pensent bien faire parce qu’elles ont testé et veulent mettre en garde les autres : « j’ai utilisé la contraception, mais cela n’a pas marché » ; « j’ai eu des problèmes de santé quand j’ai utilisé telle méthode » ; « j’ai utilisée telle méthode et elle est vraiment compliquée ». Autant d’affirmations pour expliquer leur échec alors qu’elles ne comprennent même pas pourquoi cela a échoué.

Comme j’aime souvent le dire : «Après un échec, ce n’est pas le fait de se relever le plus important, le plus important c’est de se relever après avoir compris pourquoi l’on a échoué».

Pourquoi ma contraception a échoué ?

De nos jours, presque tout le monde entend parler de contraception et pense en savoir l’essentiel. C’est vrai que beaucoup de personnes comprennent le concept, mais comprendre le concept n’est pas suffisant quand on fait le choix de l’utiliser. Il y a une panoplie de détails à connaître et c’est souvent là que le problème se pose. Énormément de femmes ne les connaissent pas et ne cherchent pas à les connaître. Elles s’en tiennent à leurs vagues connaissances et aux idées que leurs consœurs ayant déjà fait l’expérience leur donnent. C’est une bonne chose de demander avis à un expérimenté, mais en matière de contraception cela ne l’est pas forcément car « la contraception : c’est une méthode, une femme ! ». Eh oui mesdames ! Ce n’est pas parce que telle méthode a marché pour telle femme qu’elle marchera forcément pour vous. Aussi, ce n’est pas parce qu’elle n’a pas marché pour telle femme qu’elle ne marchera pas pour vous et cela peu importe vos points communs. C’est pourquoi, vous devez faire le choix de votre méthode en fonction de vous car elle est pour vous et pour personne d’autre.

Comment choisir sa méthode contraceptive ?

  1. Comprendre la contraception :

Tout d’abord, il faut comprendre « la contraception ».

Vous n’allez pas vous lancez dans quelque chose que vous ne comprenez pas. Cela s’applique dans tous les domaines de la vie : « ne vous lancez jamais dans quelque chose que vous ne comprenez pas ».

Alors, pour comprendre la contraception, il faut savoir ce que c’est, quels en sont les objectifs et comment cela fonctionne.

La connaissance de ce fonctionnement passe par celle des différentes méthodes contraceptives. Il s’agit ici de les étudier, de leur définition en passant par leur mode d’action et d’utilisation ainsi que leurs effets indésirables et précautions d’emploi.

Pour vous aider à cela, je vous redirige vers mon article sur les méthodes contraceptives via ce lien : http://agado.mafamilleplanifiee.org/les-differentes-methodes-de-contraception/ . Vous n’y trouverez pas les effets indésirables et précautions d’emploi, mais ce sont des points que nous étudierons dans mes prochains articles.

  1. Pourquoi la contraception ?

Ne dit-on pas que « parce que je sais ce que je veux, je sais où je vais ».

C’est donc tout naturellement qu’après la connaissance, il faut impérativement savoir pourquoi vous voulez utiliser la contraception.

En sachant exactement ce que vous visez, vous pourrez vous appliquer au mieux dans votre choix et dans l’utilisation que vous ferez.

Il existe plusieurs raisons d’utiliser la contraception parmi lesquels l’espacement des naissances, le choix du moment de ses grossesses, la protection contre les maladies sexuellement transmissibles*. Ce sont d’ailleurs ces raisons qui ont principalement donné naissance aux méthodes contraceptives qui permettent ainsi de lutter contre de nombreux problèmes socio-économiques.

Vous devez donc trouver votre propre raison et pour vous y aider, jetez un œil à mon article ci-après : http://agado.mafamilleplanifiee.org/pourquoi-utiliser-la-contraception/ .

Aussi, gardez en tête lors de cette réflexion, qu’il s’agit certes de votre méthode de contraception, mais que la contraception ne concerne pas que vous lorsque vous la pratiquez. Son impact n’est pas individuel : « il ne s’agit pas que de vous, mais de votre famille, de votre entourage, de votre société et au-delà du monde entier ».

*Seul le préservatif protège contre les maladies sexuellement transmissibles

  1. L’avis de votre conjoint

C’est souvent le point que les femmes omettent, mais c’est l’un des plus importants. Sachez mesdames qu’un enfant se construit à deux et vous devez donc discuter avec votre conjoint avant de pratiquer la contraception.

Ne partez pas sur la base de : « Il ne comprendra pas » ; « Il ne voudra pas ».

Si vous ne lui avez pas parlé, comment savez-vous qu’il ne sera pas d’accord ?

Il peut être réticent, c’est normal, mais c’est à vous de lui expliquer, surtout que vous avez bien compris de quoi il s’agit d’où vous voyez l’importance de bien comprendre la question.

Si sa réticence persiste, c’est souvent parce qu’il n’est pas sûr de ce que vous avancez ; alors consultez ensemble un spécialiste qui le rassurera et lui donnera toutes les réponses aux éventuels questions qu’il se pose.

En tous cas, il est important que votre conjoint soit avec vous dans la pratique de la contraception et qu’il participe au choix de la méthode. S’il est impliqué, vous pouvez être sûre que votre contraception sera efficace et votre couple d’autant plus préservé.

  1. Les conditions et le mode de vie

Il est crucial de tenir compte de vos conditions et votre mode de vie car d’eux dépendra l’efficacité de la méthode.

En effet, si une méthode ne s’accorde pas à votre mode de vie, vous ne pourrez pas l’utilisez.

Par exemple, si vous êtes quelqu’un qui n’est pas capable d’être assidu, choisir une pilule contraceptive ne servira à rien car vous ne pourrez pas la prendre régulièrement aux heures indiquées.

Aussi, si vous êtes quelqu’un d’impatient alors le préservatif ne marchera pas pour vous car vous ne prendrez pas le temps de l’enfiler avant de passer à l’acte.

Il y a plusieurs exemples, alors, prenez la méthode qui vous convient, celle que vous pourrez facilement et convenablement utiliser.

Aussi, choisissez une méthode que vos conditions de vie pourront assumer. Il ne sert à rien de choisir une méthode que vous ne pourrez même pas gérer financièrement donc faîtes en fonction de votre budget.

  1. Santé

La contraception comme tout acte médical présente des indications strictes ainsi que des contre-indications, mais également des effets indésirables et des précautions d’emploi. Tout ceci est en directe relation avec votre état de santé. C’est pourquoi, il est important de consulter un spécialiste de la santé avant le choix d’une méthode contraceptive.

Médecins, infirmiers, sages-femmes, aide-soignants etc sont tous spécialistes de la santé et sont en mesure de vous fournir des informations sur la contraception.

Au Niger, selon la réforme 2011-2015 du plan de développement sanitaire, il a été préconisé par délégation de compétences les sages-femmes pour assurer les services de consultations prénatales, d’accouchement ainsi que de planification familiale dans les Centres de Santé Intégrés (CSI). Si vous vous rendez donc dans un CSI, vous pouvez entièrement leur faire confiance car elles sont formées en la matière.

Toutefois, sachez que vous pouvez aussi consulter qui vous voulez comme agent de santé en ce qui concerne le choix de votre contraception dans n’importe quel centre de santé, qu’il soit public ou privé.

 

En conclusion, comme vous l’aurez compris, le choix d’une méthode contraceptive s’étudie afin qu’il soit celui qui vous convienne le mieux. Plusieurs facteurs vous concernant directement interviennent, à savoir : la ou les raisons pour lesquelles vous souhaitez faire de la contraception, vos conditions et votre mode de vie, votre santé et l’avis de votre conjoint (n’omettez pas de lui en parler, c’est crucial !).

Aussi, ne vous basez pas sur les expériences de vos consœurs car en matière de contraception c’est « une méthode, une femme ! ». En d’autres termes, chaque cas est spécifique de l’utilisatrice.

Ensuite, j’insiste beaucoup et je le répète encore : consultez un spécialiste en la matière. Ne faites jamais le choix toute seule car faire de la contraception est un acte médical et tout acte médical doit être accompagné d’un avis médical en vue de préserver votre santé.

 

Si vous utilisez déjà une méthode de contraception, dîtes-moi en commentaire comment vous l’avez choisi. Si vous n’en utilisez pas encore et souhaitez en utiliser, faîtes moi savoir si l’article vous aide. Aussi, posez vos questions si vous en avez sur le sujet, j’y répondrai avec plaisir.

Pour ne rien rater de mes prochains articles, suivez-moi sur facebook : https://www.facebook.com/hanyarkorey/, twitter : @MariamAbdou2, instagram : mariam_abdou96.

Merci beaucoup de m’avoir lu et à la semaine prochaine.

L’article Contraception : une méthode, une femme est apparu en premier sur Hanyar Korey.

Powered by WPeMatico

Le préservatif masculin: tout ce qu’il faut savoir

Le préservatif masculin est une gaine en latex ou en polyuréthane (en cas d’allergie au latex). Il est une protection portée par l’homme sur sa verge  empêchant ainsi le passage des spermatozoïdes dans le vagin, et donc la fécondation. Le préservatif est également la seule méthode qui protège contre  Infections Sexuellement Transmissible (IST/VIH/SIDA).

Mode d’utilisation du préservatif masculin

démonstration du port du préservatif masculin

Il se déroule sur le pénis en érection avant la pénétration. Pour l’enlever correctement, avant la fin de l’érection (dès l’éjaculation), il faut retenir le préservatif à la base du pénis, puis faire un nœud et le jeter à la poubelle.

Par ailleurs, on doit  changer le préservatif à chaque rapport sexuel, entre chaque pénétration.     Aussi il serait idéal d’associer un gel lubrifiant à base d’eau ou de silicone à l’utilisation du préservatif avant et pendant le rapport sexuel.

Efficacité

Théoriquement le préservatif ne présente que 2% d’échec lorsque l’utilisation est bien faite. Mais en pratique ce taux va jusqu’à 15% parce qu’il y a beaucoup d’erreur dans l’usage du préservatif masculin. Il n’est efficace que lorsqu’on l’utilise pour tous les rapports sexuels et à tous les moments du cycle sans tenir compte des périodes dites « Sans risque ».

En fait,pour plus de sécurité il serait mieux d’adopter la double protection en couplant une autre méthode contraceptive  à l’usage du préservatif.

Avantages

  • On peut l’obtenir sans ordonnance.
  • Protection contre les IST (infections sexuellement transmissibles).
  • La double protection on peut l’utiliser en association avec une autre méthode contraceptive.
  • On en trouve facilement : en pharmacie, au supermarché, dans des distributeurs, dans certains lycées, mais aussi dans les cafés-tabac, les magasins de presse, les stations-service…
  • Il n’est pas coûteux

Inconvénients

Allergie au latex

Peut se déchirer ou se glisser au cours de l’acte ou au moment de le retirer

Indication du préservatif masculin

Toute personne ayant des rapports sexuels avec un ou plusieurs partenaires peut utiliser des préservatifs.

  • Pour les couples ne désirant utiliser ni contraception hormonale ni DIU, c’est une méthode fiable à condition d’être utilisée lors de toute pénétration vaginale, quel que soit le moment du cycle.
  • Si vous n’avez pas de partenaire stable ou si vous ne savez pas si votre partenaire est porteur d’une IST, il faut utiliser des préservatifs à la fois pour vous protéger des IST (Infections sexuellement transmissibles) et pour éviter une grossesse non souhaitée.

Contre-indication du préservatif masculin

Toutes personnes allergiques au latex,( mais il existe une autre forme de préservatif faite à base de polyuréthane adapté à ces personnes).

 

 

L’article Le préservatif masculin: tout ce qu’il faut savoir est apparu en premier sur Ilewa.

Powered by WPeMatico

Journée Internationale de la Jeunesse: le plaidoyer des Jas SRPF

Dans le cadre de la Journée internationale de la Jeunesse (JiJ), les jeunes ambassadeurs SRPF ont lancé des messages de plaidoyer sur les espaces sûrs en faveur des jeunes. Ici, la présidente de l’Alliance des Jeunes Ambassadeurs SRPF de l’Afrique de l’Ouest, Sorofing TRAORE nous livre son message “Plus d’espaces conviviaux pour les jeunes = […]

L’article Journée Internationale de la Jeunesse: le plaidoyer des Jas SRPF est apparu en premier sur Avenir de Demain.

Powered by WPeMatico

Bonjour Hépatite

Aujourd’hui cela fait exactement un an que Dêkpêxo a publié son tout premier article. Chose curieuse, ça coïncide avec un sujet qui me tient particulièrement à cœur: Les hépatites. J’ai d’ailleurs récemment soutenu mon Master de Santé Communautaire sur ce thème quasi-méconnu des jeunes.

Alors Joyeux premier anniversaire à Dêkpêxo 🙂 et Bonjour Hépatite. 

Le 28 Juillet de chaque année c’est la Journée Mondiale contre l’ Hépatite. L’OMS a choisi pour thème cette année : «Agir contre l’hépatite: dépister, traiter».

Dans ce billet de blog, nous allons mieux comprendre ce qu’est une hépatite. Désolé si Il est un peu long. Avec un peu de courage, vous en viendrez à bout 🙂

Le foie est un organe qui filtre toutes les impuretés des éléments qui entrent dans notre  corps et qui vont être absorbés (aliments, eau, alcool, médicaments …), afin qu’elles soient éliminées dans les selles ou dans l’urine. C’est un organe vital, on ne peut donc pas s’en passer. Lorsque notre cher foie subi une inflammation, on parle d’hépatite.

Les hépatites peuvent être causées par des virus (A, B, C, D, E etc…), mais aussi par des médicaments et l’alcool.

Les hépatites virales B et C plus fréquentes sont de graves problèmes de santé qui touchent environ 325 millions de personnes dans le monde.  Elles comptent parmi les premières causes du cancer du foie.

Comment contracte t-on donc une hépatite?

  • Le virus de l’hépatite A est le VHA. Il s’attrape par l’eau, des jus ou des aliments pas assez cuits (légumes, fruits non pelés, fruits de mer, glaçons) dans des conditions d’hygiène insuffisantes.
  • L’hépatite B est causée par le virus VHB, c’est une infection sexuellement transmissible. Elle peut aussi être transmise par voie sanguine (transfusion sanguine de sang contaminé ou lors d’usage de seringues contaminées chez les toxicomanes notamment), et salivaire.
  • L’hépatite C est causée par le virus VHC, transmis par voie sanguine (transfusions, hémophiles, toxicomanes, hémodialysés, transmission sexuelle ou par voie placentaire possible, mais rare).

Il est important de noter que les personnes qui s’injectent des drogues sont les plus touchées par les hépatites B et C, mais l’infection est aussi répandue parmi les travailleurs du sexe et les homosexuels. Les rapports sexuels à risques, le tatouage, le piercing, l’injection de drogues et les transfusions de sang comportent aussi d’énormes risques de contracter ces hépatites.

Alors qu’en est-il des autres formes d’hépatites?

Les hépatites alcooliques quant à elles sont induites par l’abus d’alcool. Celles médicamenteuses surviennent suite à des ingestions abusives de médicaments (Ex: paracétamol), et celles bactériennes peuvent être contractées suite à certaines maladies (Tuberculose, brucellose…).

Comment se manifestent Mesdames les hépatites ? 

Une hépatite est souvent aiguë, c’est-à-dire récente, mais elle peut parfois évoluer en hépatite chronique, si elle dure plus de 6 mois.

Les symptômes d’une hépatite varient en général selon la cause, mais certains signes sont communs à toutes les hépatites à savoir un ictère (jaunisse), des urines foncées, des selles claires, des troubles de la digestion, des nausées, des douleurs lorsqu’on palpe le foie etc….

Comment savoir si l’on a une hépatite?

C’est tout simple. Le diagnostic réside dans le dépistage. Il se fait suite à un prélèvement sanguin, identifiant une augmentation massive des enzymes du foie due à une destruction du tissu hépatique.

Alors, guérit-on de l’hépatite?

Les hépatites virales, guérissent en général de manière spontanée en 1 ou 2 mois,sans séquelle. Dans ce cas, le traitement consiste essentiellement au repos et à une interdiction totale d’alcool.

Il existe d’autres stratégies pour guérir d’une hépatite lorsqu’elle n’est pas spontanément éliminée. C’est alors au médecin de décider de la stratégie à adopter pour lutter contre cette infection. Mais attention!!! Une hépatite mal soignée, peut évoluer vers la chronicité, une cirrhose, voire un cancer du foie.

Dans un stade avancé, si le foie a une cirrhose ou un cancer, il se peut que l’unique traitement soit une transplantation de foie.

Maintenant, comment faire pour éviter tout ça?

Il existe des vaccins uniquement pour les hépatites A et B.

Néanmoins, certains petits gestes de la vie quotidienne peuvent permettre de limiter le risque d’attraper les hépatites:

  • Bien se laver les mains le plus souvent possible, en particulier après avoir eu des contacts avec des animaux et après être allé aux toilettes.
  • Se protéger systématiquement avec un préservatif lors des rapports sexuels
  • Ne pas partager des objets tranchants avec une autre personne
  • Pour ceux déjà porteur d’hépatite, il est recommandé de se reposer, de manger le plus possible des légumes et des fruits (lavés à l’eau bouillie). Les aliments gras, les fruits de mer crus, l’alcool, le tabac sont formellement déconseillés.

La plupart des personnes atteintes d’une infection chronique par l’hépatite B ou C ignorent qu’elles sont porteuses du virus. Elles s’exposent donc à un risque élevé de développer une maladie chronique sévère du foie et peuvent sans le savoir transmettre le virus à quelqu’un d’autre.

Le respect des mesures de prévention et le dépistage précoce sont donc les clés pour vaincre ces affections.

Pour finir, je vous laisse voir cette petite vidéo assez fun, qui nous montre Monsieur le virus de l’hépatite B en chair et en os 🙂 .

Miss Dêkpêxo ♥ 

L’article Bonjour Hépatite est apparu en premier sur Dêkpêxo.

Powered by WPeMatico

Journée Mondiale de la Population 2018: La Planification Familiale est un Droit Humain

C’est au cours de la Conférence internationale sur les droits humains, le 13 mai 1968, qu’a été adoptée la résolution suivante dans le cadre de la Proclamation de Téhéran : « Les parents ont le droit fondamental de déterminer librement et consciemment la dimension de leur famille et l’échelonnement des naissances. » En présentant la résolution sur la planification familiale intégrée à la Proclamation, le délégué chargé de la coordination des négociations relatives à la résolution a déclaré qu’elle « disait oui à la planification familiale effectuée par la famille et non à celle effectuée pour la famille. » La planification familiale devenait de fait un droit laissé à la libre appréciation des couples et non un « contrôle de la population » imposé par l’État. La Journée mondiale de la population 2018 commémore cet accord d’une importance capitale, cinquante ans après.

L’objectif de la Journée Mondiale de la Population est de réfuter la notion de « contrôle de la population », de veiller à ce que les générations futures ne considèrent jamais ce droit conquis de haute lutte comme définitivement acquis et de renforcer les droits et les cadres de développement mondiaux qui la soutiennent.

Malgré les progrès extraordinaires réalisés depuis 1968, des centaines de millions de femmes, d’hommes et de jeunes gens sont dans l’incapacité d’exercer leur droit à la planification familiale et 214 millions de femmes n’ont toujours pas accès à des moyens de contraception modernes.

La Préfecture de Yoto a été choisi par le Gouvernement Togolais pour abriter la célébration du 11 Juillet 2018, Journée Mondiale de la Population. Rappelons que la Préfecture de Yoto est située à 85Km de la capitale du Togo, Lomé. Elle a une superficie de 1250Km2 avec une population de 198741 habitants en 2018 dont une proportion de trente pour cent de jeunes. Sur le plan sanitaire, ce District est composé d’un Hôpital de district situé à Tabligbo, de 3 CMS et 20 USP. Parmi ces centres de santé, notons qu’il y a 3 centres de santé confessionnels.

La célébration de cette journée a vu la participation d’imminentes personnalités à l’instar du Préfet de Yoto, du Représentant Résident de l’UNFPA, de l’Attaché de Cabinet du Ministère de la Planification du Développement, de la Directrice de Cabinet du Ministère de la Santé et de la Protection Sociale. Les Préfets de la région maritime ; des représentants des institutions de la République ; des Chefs d’agences des Nations Unies et institutions de développement, des autorités administratives ; locales, et religieux ; des chefs services centraux des ministères de la santé et de la planification ; des responsables d’Organisation de la Société Civile ; des élèves et des femmes fortement mobilisées.

Cette célébration a été l’occasion pour le Gouvernement et l’UNFPA, d’offrir gratuitement aux populations de la préfecture de Yoto, des services intégrés notamment des conseils sur la planification familiale et l’offre des méthodes contraceptives ; le dépistage volontaire des IST et VIH, et la prise en charge des IST.

Cette occasion a permis aussi à  certains couples bénéficiaires des méthodes contraceptives de témoigner des avantages qu’ils tirent de l’adoption de ces méthodes. Ceci pour atténuer l’effet des rumeurs dans les communautés.

« Une femme ayant accès à la planification familiale est une femme capable de planifier sa vie. Elle peut recevoir une meilleure éducation, obtenir et conserver des emplois mieux rémunérés et ainsi contribuer plus activement à la prospérité de sa famille, de son pays et du monde entier. L’amélioration de sa situation financière lui permettra d’offrir une meilleure éducation à ses enfants, créant ainsi un cercle vertueux dont profiteront les générations futures. »  Dr. NATALIA KANEM, DIRECTRICE EXÉCUTIVE DE L’UNFPA.

Sur cette citation de la Directrice Exécutive, je vous souhaite bonne lecture.

L’article Journée Mondiale de la Population 2018: La Planification Familiale est un Droit Humain est apparu en premier sur Mon Combat.

Powered by WPeMatico

L’Avortement et la justice reproductive: La révolution inachevée 3 (Part 1)

La conférence internationale sur l’avortement et la justice reproductive  est un évènement  marquant de l’année pour les droits reproductifs de la femme.Devinez qui y était!! L’expérience et le savoir acquis au cours de cette Conférence valaient tout simplement ma présence à l’université de Rhodes à Grahamstown.

La partie 1 de l’histoire vous donnera une idée assez claire de ce qu’est cette conférence et dans quel contexte elle intervient.

La Conférence internationale sur l’avortement et la justice reproductive a pour objectif principal de rassembler des chercheurs, des activistes, des décideurs, des professionnels de la santé, des artistes et des interprètes de différentes disciplines (politique sociale, criminologie, sociologie, droit et politique, santé et droits des femmes, médecine, psychologie ; histoire, arts) travaillant ou luttant  pour l’accès à l’avortement sans risque partout dans le monde. Cette conférence offre aux délégués une plateforme pour explorer, identifier, partager et accéder aux opportunités d’apprentissage et de recherche sur un éventail de questions relatives à l’avortement et aux droits reproductifs, y compris l’accès à l’avortement, l’activisme et les politiques d’avortement.

La conférence s’est tenue à l’université de Rhodes à Grahamstown en Afrique du Sud du 08 au 12 Juillet 2018. Elle a  fait suite à deux autres conférences qui ont eu lieu au Canada en Aout 2014 et en Irlande du nord en Juillet 2016.Cette troisième édition accueillie en Afrique est stratégique et vise à ouvrir le dialogue sur l’avortement. Apporter   l’érudition et l’exploration des problèmes liés à l’accès à l’avortement et à  l’activisme. Et ceci notamment pour les personnes vivant dans des pays où la juridiction restreint l’accès à l’avortement.La Conférence a été co-parrainée par le ministère du développement social de l’Afrique du Sud, l’université de Rhodes et la coalition pour la justice sexuelle et reproductive. Par ailleurs Les différents ateliers et panels au cours de ces sessions ont été abordés par des universitaires, des militants, et des fournisseurs de service du monde entier.

 

Mais Pourquoi faire une conférence internationale sur l’avortement? allez vous peut être me demander

 

La conférence internationale vient dans le contexte où l’avortement est un sujet tabou parfois mal connu mais très important dans l’histoire des droits humains, des libertés et particulièrement des droits des femmes.L’avortement est légalisé jusqu’à présent dans quatre pays africains: l’Afrique du Sud, la Tunisie, le Cap vert et la Mozambique. La plupart des autres pays africains ont des lois très restrictives sur l’avortement et d’autres l’interdisent encore strictement.Ceci malgré toutes les conséquences dramatiques que cette situation engendre dans la vie des femmes.

Voici donc le résumé en trois points des raisons qui justifient l’importance de cette conférence en Afrique.

1- L’accès à l’avortement sécurisé pour toutes comme une solution à un problème de santé publique

Dans la plupart des pays africains bien que l’avortement soit criminaliser par les lois, les femmes y font recours. Elles vont vers des personnes non professionnelles et obtiennent ces soins dans des conditions minables. Ce qui  rend l’avortement nocif pour la vie de la femme,et constitue une principale cause de décès maternel en Afrique.

2- L’accès à l’avortement sécurisé pour toutes comme une liberté, un droit humain

Mon corps, mon choix

Comme le stipule l’article 14 du protocole à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme (Protocole  de Maputo) dans son alinéa 1 (a) stipule que la femme a le droit d’exercer un contrôle sur sa fécondité.

L’alinéa 2(c) de l’article 14 convie les États Africains à garantir l’accès à un avortement sécurisé pour les femmes en cas de viol,d’inceste,de malformation fœtale ou lorsque la grossesse porte atteinte à la vie ou à la santé de la mère.

Bien que la plupart des pays africains ait ratifié le protocole de Maputo, plusieurs pays tardent à engager les réformes juridiques nécessaires a l’intégration de ses dispositions pertinentes , dans leur législation interne en particulier, dans le domaine des droits sexuels et reproductifs.

En outre la promotion de la femme et l’égalité du genre concède à cette dernière le pouvoir de jouir en toute liberté de ses droits sexuels et reproductifs. Elle a le droit de faire ses propres choix en ce qui concerne son corps sans être juger.

 3- L’accès à l’avortement sécurisé pour toutes pour régler un problème d’inégalité social

Malgré la restriction des lois et la pénalisation de l’avortement dans certains pays, le service d’avortement sur et sécurisé existe pourtant mais réservé à une certaine catégorie de personne.Aussi il est aisé de remarquer que la majorités des victimes de complication des avortements à risque est issue du milieu défavoriser. En effet les professionnels qui offre ces soins d’avortements sécurisés y mette généralement un cout exorbitant.Ce qui oblige ainsi les personnes défavorisées à faire recours aux avortement à risque.

Cette Conférence a donc permis de faire le point des acquis et des défis liés à l’avortement dans le monde entier.

« Être libre,ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaines; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres » NelsonMANDELA

Je vous invite à travers cette citation de Nelson Mandela à laissez toutes vos préoccupations en commentaire et partager en max si vous êtes d’accord qu’il faut lever le tabou sur l’avortement. La suite de l’histoire  abordera beaucoup plus en détail les thèmes traités au cours de cette Conférence à Grahamstown.

 

L’article L’Avortement et la justice reproductive: La révolution inachevée 3 (Part 1) est apparu en premier sur Ilewa.

Powered by WPeMatico

Ma tante décède en couche à cause du manque de centre de santé dans mon le village

Perpétue vivait dans le village à 15 kilomètres de Yamoussoukro , la capitale politique ivoirienne. Mère de 4 enfants, ma chère tante était à nouveau en grossesse car n’ayant pas grande idée de la notion de planification familiale il lui était difficile de prévoir les naissances. Le village n’avait pas de centre de santé et Perpétue, n’ayant pas suffisamment moyen n’a pas pu se rendre en ville pour les différentes consultation prénatales. Le mari quant à lui était agriculteur qui ne s’occupait de sa famille qu’avec l’argent de ses récoltes or on sait qu’en Afrique, en zone rurale , la récolte ne se fait que par période. Par conséquent, il était dans l’incapacité de subvenir aux besoins médicaux de sa femme ,les récoltes étant loin d’arriver. Perpétue, avait à peine fait des visites prénatales et se retrouve à terme sans le savoir. Au début des la contraction, les voisins ont couru appeler la vieille matrone du village. La matrone a essayé pendant plusieurs heures sans pouvoir faire accoucher la bonne au coeur en or. Vu son impuissance, les villageois décidèrent de l’amener à l’hôpital de la ville en l’absence de son mari qui était au champ. Une fois dans le taxi pour la ville, la des enfants réussit à accoucher mais à leur grande surprise, elle attendait des jumeaux. Après la sortie du premier bébé, elle commença à perdre du sang et jusqu’à ce qu’ils arrivent à l’hôpital, elle ne respirait plus . les médecins n’ont pas pu sauver ni elle ni le deuxième bébé. Elle avait perdu trop de sang. Les heures qui ont suivies, c’est le bébé survivant qui décède à son tour. Ce du un drame .

Si avoir un bébé est un bonheur, voir nos mamans concevoir des enfants de manière volontaire dans les bonnes conditions devrait être la tâche de tous. Créer les hôpitaux dans les villages, faciliter l’accès au méthodes de planification familiale, former de plus en plus d’agents de santé, donner les bonnes informations et assurer l’autonomisation de la femme son des défis a relever pour rendre ce bonheur complet.

https://news.abidjan.net/h/629494.htmlles pays ayant les plus grands taux de mortalités maternelles et infantiles

L’article Ma tante décède en couche à cause du manque de centre de santé dans mon le village est apparu en premier sur Jeunesse, santé sexuelle et planification familiale.

Powered by WPeMatico

« La planification familiale est un droit humain » JMP 2018

La Journée Mondiale de la Population édition 2018 est célébrée cette année à Kolda sous le thème: « La planification familiale est un droit humain ». Une série d’activité allant d’un atelier scientifique à la Nuit EVF vont être réalisées dans l’optique de communiquer davantage sur les bienfaits de la planification familiale volontaire et ce qui en […]

L’article « La planification familiale est un droit humain » JMP 2018 est apparu en premier sur Avenir de Demain.

Powered by WPeMatico